FOU GÈRE FOUGÈRE

la question n’est pas de savoir si ce qui arrive
arrange ou pas les catastrophistes
mais de savoir si ce qui arrive arrive ou pas
et si oui à quel pas est-ce que ça arrive au pas
ou au trot c’est déjà trop ou au maxi galop
que je ne connais pas très bien et donc
je ne sais pas si maxi est catastrophiste ou pas
probablement car sinon il s’appellerait mini
ce que je sais c’est que les catastrophistes
sont une secte littéraire qui vend des livres
mais pas pour nous délivrer du bien et du mal
non juste pour un max de fric et ça je le sais
à part ça je ne sais rien comme gabin
allez je rajoute une quatorzième ligne
treize ça porte malheur puis une quinzième
car quatorze est un compte rond oh la la
j’en suis à combien de lignes je ne sais pas
il faut que je compte dix-huit c’est la majorité
je crois c’est-à-dire que je doute et en doutant
je suis arrivé à vingt ans il vaut mieux arrêter là
que le bon maître descartes me le pardonne
22 v’là les flics non c’est con là je déconne
et quand je dis là je déconne ça veut dire
l’âge déconne et pas seulement le jeudi
mais tous les jours de la semaine j’en suis où
de mon quota michèle à 26 madrid 2 barça 6
et je peux continuer comme ça jusqu’à 27
pas plus purée je suis arrivé jusqu’à 28
hop une de plus et me voilà à la crise de 29
et les trentes glorieuses comment m’en sortir
en demandant à l’écrit de se mettre sur son 31
écrit mettez-vous sur votre 32 mais j’en suis
déjà à 33 et l’infirmier ne vient pas alors
chute du niagara ou chute du mur de berlin
prenons berlin mais arrêtons à 35 car si on
par malheur en suisse inverse le 36 en buvant
de l’eau-de-vie trois-six on obtient le six-trois
ceci dit je ne peux pas passer par clermont
sans saluer pascal il ne me le pardonnerait pas
où en suis-je à 40 que dois-je faire continuer
ou en rester là j’en sais des trucs des machins
l’été 42 j’y vais à fond je ne m’arrête plus
je deviens fou j’erre je deviens fougère
et tente le prix nobel pas l’ignoble monoprix
juliette et sa raie au beurre noir il est minuit
belle boniche qui me bichonne m’entoure
de soins attentifs délicats qu’elle me pardonne
car la noche c’est la nuit lune jolie soleil aussi
mais je pense aussi à d’autres femmes comme
la joliette qui me donne les nouvelles du jour
dans son journal de la nuit dansons avec elles
cet écrit se rétrécit comme le temps qui reste
un an de plus ou un an de moins ça dépend
comment on compte disons un an pour simplifier
tout le monde comprendra qu’il s’agit d’un an
il me manque encore une ligne quelle manie
en l’an 57 un malheur arriva le six-trois
mais il me manque donc six lignes plus que cinq
me voici en 59 l’année où grenade joua la finale
de la coupe du roi d’espagne contre le barça
et en 61 les allemands de l’est firent le mur
de berlin car pour faire le mur il fallait un mur
ouf rideau après trente-six me voilà dans le 63

Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s