LE CIEL EST LA MER ET LA MER LE CIEL

la chanson est faite pour supporter la blessure
la chanson est fête pour supporter la blessure
la blessure de l’amour
la blessure de la mort
la blessure de la vie
les trois blessures de
miguel hernández
l’amour
la mort
la vie
y que joan báez y eliseo parra canten
llegó con tres heridas
las tres heridas de miguel hernández
miguel hernández
sentado sobre los muertos
« varios tragos es la vida
y un solo trago es la muerte »
et bien sûr remercions dina pour
ses j’aime qui sont des gemmes
remercions dina
« l’amoureuse éternelle qui n’a pas froid aux yeux »
ni aux doigts ni au cœur et pourtant au québec
il fait un froid de canard polaire
mais
on ne peut pas ne pas aimer le québec quand on aime la chanson
pour supporter les blessures de l’amour et de la mort et de la vie
et remercions aussi tous nos lecteurs du monde entier
terrestre et extraterrestre et que renée martel chante
le bateau du bonheur
et que sylvie vartan
et michèle richard
et marie myriam
chantent
la plus belle pour aller danser
et que lucille dumont chante
le ciel se marie avec la mer
allons danser
la danse à saint-dilon
de gilles vigneault puisque toutes les femmes sont les plus belles
et donc toutes les femmes sont les plus belles pour aller danser
et que gilles vigneault et marie-denise pelletier chantent
si tous les bateaux
« loin comme l’angleterre je t’aimerai je t’aimerai »
oui marie denise pelletier chante bien aussi
et est aussi la plus belle pour aller danser
la danse à saint-dilon de gilles vigneault
qui chante bien aussi et qui est aussi
le plus beau pour aller danser
sa danse à saint-dilon
ça danse à saint-dilon
et puisque demain c’est la journée de la femme
je vous souhaite une bonne fête mesdames
et nous souhaite de prendre
« le bateau qui conduit au bonheur »
et d’écouter
démons et merveilles
et
le tendre et dangereux
visage de l’amour
deux ballades médiévales
de jacques prévert
et maurice thiriet
par jacques jansen
(chansons du film
les visiteurs du soir
de marcel carné)
« brûlante
trop brûlante
blessure
de l’amour »
les chansons sont fêtes pour supporter
les brûlantes trop brûlantes blessures
de l’amour et de la mort et de la vie
et si tous les bateaux du bonheur
se mariaient
avec le ciel et la mer
le ciel serait la mer
et la mer le ciel

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s