LE CHAT EST LA SOURIS ET LA SOURIS LE CHAT

cet écrit finit par la coupe du happy birthday
que j’offre à mes lecteurs en les remerciant

le chat aime la souris et en sourit
et à force d’aimer la souris
il a fini par roussir
il a roussi parce que roussi
est anagramme de souris
LE CHAT
(qui ne joue pas au chat)
le chat se promène
dans un sillon roussi
par monsieur roux
donc je me promène dans un sillon roussi
par monsieur roux puisque je suis le chat
LA SOURIS
(qui ne joue pas à la souris)
qui est monsieur roux
LE CHAT
monsieur roux est
l’automne du roussillon

et les arbres de monsieur roux
sont des feux roux d’artifice
à la gloire du roux sillon
LA SOURIS
et le roux sillon
comment est le roux sillon
LE CHAT
le roux sillon est un étroit sillon
et même un tout petit sillon
puisque c’est un microsillon
LA SOURIS
et toi
que fais-tu
LE CHAT
je ne chante pas sans micro
car chat + ne = chante
LA SOURIS
oh là là mais qu’est-ce que tu chantes
mais non je plaisante tu m’enchantes
dis-moi comment est la croix du chat
LE CHAT
la croix du chat n’a qu’un croisillon
parce que le chat est un étrésillon
mais le chat est aussi un oisillon

et le chat est aussi la souris
donc je suis aussi la souris
puisque je suis le chat
je = souris
je souris
🙂
eh oui je suis une souris rousse
la souris rousse du roux sillon
la souris rousse du roussillon
et je suis aussi un oisillon
l’oisillon du microsillon
souris
souris
LA SOURIS
oui bien sûr je souris moi aussi
🙂
car je suis une souris moi aussi
eh oui je suis une souris rousse
la souris rousse du roux sillon
la souris rousse du roussillon
et puisque google fête aujourd’hui ses 19 ans

souhaitons un joyeux anniversaire à google

car que serions-nous sans google
et écoutons que serais-je sans toi
de louis aragon par
francesca solleville
marie-paule belle
simone langlois
georgette plana
isabelle aubret
paul daraîche
marc ogeret
jean ferrat
mannick
adamo
LE CHAT
« que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
que serais-je sans toi qu’un cœur au bois dormant »
LA SOURIS
« que cette heure arrêtée au cadran de la montre
que serais-je sans toi que ce balbutiement »

Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s