CETTE PENSÉE EST UNE FLEUR POUR MA VOISINE

la poésie bleue ouvre sa porte bleue

à la mort qui a sonné à la sonnette
et qui entre dans l’antre du sonnet
les voisins appellent les pompiers
les pompiers viennent qui sont la vie
viennent constater la mort de la vie
les policiers viennent qui sont la vie
viennent constater la mort de la vie
les docteurs viennent qui sont la vie
viennent constater la mort de la vie
et les voisins morts de tristesse
ont des pensées pour la poésie
donc des fleurs pour la poésie
puisque
les pensées
sont des fleurs
nous sommes tous
la poésie que la mort
verminera
quand elle voudra
la mort entrera
quand elle voudra

elle ne nous demandera pas notre avis
comme la vie ne nous l’a pas demandé
parce que pour les choses importantes
on ne nous demande jamais notre avis
ma voisine de la côte d’azur est morte
la mort ne lui a pas demandé son avis
ceci est une pensée pour ma voisine
donc une fleur pour ma voisine
puisque
les pensées
sont des fleurs
une fleur pour ma voisine
qui a une grande douleur
que l’on appelle la mort
je suis mort de douleur
comme tous les voisins
de notre voisine partie
« y yo me iré
y se quedarán
los pájaros
cantando »
los pájaros de nuestro jardín del árbol grande
y los pájaros poéticos de juan ramón jiménez
« y tocarán
como esta tarde
están tocando
las campanas
del campanario »

ay que canten los pájaros del jardín del árbol grande
y toquen las campanas del campanario de la iglesia
y que esteban valdivieso
de granada viva granada
cante el viaje definitivo
de juan ramón jiménez
notre voisine n’est pas partie en vacances au paradis de la côte d’azur comme d’habitude
car cette fois elle est partie en vacances définitives au paradis qui est moins paradisiaque
que le paradis de la côte d’azur et que le paradis de paris et que le jardin du grand arbre
« y yo me iré
y estaré solo
sin hogar
sin árbol verde
sin pozo blanco
sin cielo azul
y plácido
y se quedarán
los pájaros
cantando »
dans le cerveau
de la poésie bleue
il y a trois soleils noirs

et des vers qui mangent des vers
car les vers se nourrissent de vers
qu’ils tuent de mort irrespirable
et changent en décomposition
qu’ils n’ont plus qu’à aspirer
après quoi ils se reposent
un jour de jeûne ou deux
la mort c’est comme ça

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s