IL FAUT S’EN TIRER SANS TIRER

la semaine dernière
je suis allé à une soirée
la soirée d’inauguration
du salon du livre de paris
salon qui ne s’appelle plus
salon du livre de paris mais
tout simplement livre paris
ce qui est plus court
donc adapté à notre temps
qui court et ne marche plus
parce qu’il court trop
et après la soirée j’ai compris
pourquoi le salon du livre de paris
s’appelle maintenant livre paris
puisque d’invitation en invitation
et donc de picolage en picolage
j’ai fini complètement ivre
j’étais l’ivre
j’étais
l’ivre de paris
l’ivre de paris
c’était moi
j’étais l’ivre
et j’étais livre
et j’étais libre
et avec mes
deux ailes
de livre
libre

je me suis envolé dans le ciel bleu de paris
qui était bleu nuit puisque c’était la nuit
c’était la nuit de paris
c’était paris by night
et je volais dans le ciel noir de paris
le ciel noir de charles baudelaire
et du ciel noir je voyais la terre
qui était bleue comme le ciel noir
et comme l’orange de paul éluard
et en volant je suis rentré chez moi à ivry
mais comme je n’habite pas à ivry
je n’ai pas trouvé ma maison à ivry
et donc je suis retourné en volant à paris
puisque j’habite à paris by night
sous les ponts de paris by night
sous les ponts de paris paris
j’habite sous les ponts de paris
avec lucienne delyle
ah lucienne delyle
enchante-nous en chantant
sous les ponts de paris
« julot partage les baisers de nini
sous les ponts de paris »
et que lucienne chante aussi
sur les quais du vieux paris
ô douce lucienne delyle
douce lumière de paris
puisque lucienne delyle
n’était pas de lille
puisque lucienne delyle
était de paris
ô douce lucienne delyle
douce lumière de paris
enchante-nous
pour nous faire oublier
« les puanteurs cruelles »
paris est une bonne idée
la bonne idée du paradis
oui paris c’est le paradis

mais « on n’a pas besoin de la lune
quand on est vraiment amoureux »
dit lucienne delyle dans sa chanson
« on n’a pas besoin de la lune »
quand on est vraiment amoureux
on n’a pas besoin de paris
ni besoin de paradis
paris est un paradis
si tu as des radis
mais si tu n’as pas radis
paris n’est pas paradis
et si tu n’as pas ri
si tu n’as pas ri
tu n’as pas ri
n’as pas ri
as pas ri
à paris
pas ri
paris
ris
et puisqu’on tient lucienne delyle
et qu’on tient encore à elle
because it’s impossible
to forget lucienne delyle
écoutons aussi
sérénade sans espoir
et je n’en connais pas la fin
et je n’en connais pas la fin
parce que lucienne delyle n’a pas de fin
parce que lucienne delyle c’est sans fin
comme la chanson qui ne finit pas
parce qu’elle n’a pas de fin
la chanson ne finit pas
parce qu’elle n’a pas de fin
la chanson n’a pas de fin
la chanson c’est sans fin

écoutons the way of love
par
cher
vikki carr
kathy kirby
françoise hardy
et bien sûr écoutons
j’ai le mal de toi
par colette deréal
et parlez-moi de lui
par
dalida
ginette reno
renée martel
françoise hardy
et qu’eva chante
weisst du wie das ist
et bien sûr qu’elvis presley chante it’s impossible
because it’s impossible to forget elvis presley
et que vic damone la chante aussi
et qu’armando manzanero chante
somos novios
la chanson ne finit pas
parce qu’elle n’a pas de fin
la chanson n’a pas de fin
la chanson c’est sans fin
because it’s impossible to forget
lucienne delyle and elvis presley
la poésie ne finit pas
parce qu’elle n’a pas de fin
la poésie n’a pas de fin
la poésie c’est sans fin
la poésie est un soleil spiral spiré inspiral et inspiré
qui sourit comme une orange et une souris orange

ok ça ressemble plus à une orange qu’à une souris
grâce à la vie je n’ai pas perdu le fil de la chanson
grâce à la vie je n’ai pas perdu le fil de la poésie
je n’ai pas perdu le fil
ni le fil de la chanson
ni le fil de la poésie
le fil de la chanson
le fil de la poésie
fil de la chanson
fil de la poésie
de la chanson
de la poésie
la chanson
la poésie
chanson
poésie
la chanson et la poésie nous font
oublier « les puanteurs cruelles »
oublions les puanteurs cruelles
les puanteurs cruelles de la vie
et pour finir jeu dix un
LE LECTEUR
je ne connais pas le jeu du dix un
L’AUTEUR
oh là là pardon quel lapsus
je voulais dire
et pour finir jeu dix seins
LE LECTEUR
je ne connais pas le jeu des dix seins
L’AUTEUR
oh là là pardon quel lapsus
je voulais dire
et pour finir je dis saint
LE LECTEUR
pourquoi dites-vous saint
L’AUTEUR
je dis saint
parce que nous sommes jeudi
mais pas n’importe quel jeudi
puisqu’il s’agit du jeudi saint
LE LECTEUR
merci
L’AUTEUR
de rien
(ce texte finit par le dessin
de jésus sur la croix
« il versa de l’eau
dans un bassin »
pour nous laver
et on le cloua
sur une croix
la vie c’est
comme ça
la tête de jésus est un soleil
et aussi une orange d’éluard
et éluard devrait s’appeler éluart avec un t
puisqu’il est élu par l’art ou si vous voulez
élu-art avec un tiret ou élu art sans tiret)

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s