DANS MON CŒUR ET PAS AU CIMETIÈRE

1. LA SIX-TROUILLES
la citrouille
d’halloween
suivante
🙂
a l’air joyeuse
a l’air de faire la fête
mais en fait elle a la trouille
et pas qu’une trouille puisqu’elle en a six
c’est pourquoi je l’appelle la six-trouilles
😦
les morts sont terrifiants mais chantons et dansons
avec les morts terrifiants car c’est la saint-martin
et que georges brassens chante l’amour
« viens effeuiller la marguerite
de l’été de la saint-martin »
🙂
et que georges brassens chante la mort
« il creusa lui-même sa tombe
en faisant vite en se cachant
et s’y étendit sans rien dire
pour ne pas déranger les gens »
😦
donc la six-trouilles est un gros citron orange et rond qui a peur de l’amour et de la mort
mais chantons et dansons avec les morts terrifiants car les morts terrifiants sont vivants
puisque les morts terrifiants « ont de grandes douleurs » comme dit charles baudelaire
qui devrait s’appeler charles belledouleur belle douleur des fleurs des fleurs du cimetière
charles belledouleur des fleurs du cimetière charles belledouleur des fleurs de la douleur
2. LES DEUX VOISINS
hier je suis allé au cimetière
😦
rendre visite à baudelaire
ou plus exactement
à ma mère et à mon père
mais quand je vais voir ma mère
et mon père au cimetière
je passe devant la tombe de baudelaire
donc en passant je salue baudelaire
en passant comme un passant
et la passante de baudelaire
et j’emprunte la petite allée
qui mène à ma mère
qui s’en est allée
et à mon père
qui est parti aussi
« chercher des cigarettes »
comme dit serge gainsbourg
et ne pouvant aller sur la tombe de mes parents
parce que c’est trop triste je fais marche arrière
😦
et je repasse devant baudelaire
que je salue une deuxième fois
en passant comme un passant
et la passante de baudelaire
quelle chance il a cet inconnu
qui s’appelle baudelaire
d’être ainsi par moi
salué deux fois
🙂
et puis je sors du cimetière
et une fois dehors ouf je respire
et j’embrasse ma mère et mon père
qui de tous les voisins morts
de charles baudelaire
sont ceux que je préfère
car ils vivent dans mon cœur
pas dans la tombe du cimetière
ils sont vivants dans mon cœur
comme charles baudelaire
ils ne sont pas morts
🙂

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s