THE END BY THE DOORS

(ou dessin d’un vaisseau extraterrestre)
on peut vivre sans virgule 99 on ne peut pas vivre sans 69
on ne peut pas vivre 169 et pourtant j’ai 169 abonnés
c’est pourquoi je demande au 160 dixième abonné
de s’abonner le plus rapidement possible car 669
c’est-à-dire si sans 69 on ne peut pas vivre
on peut vivre sans 70 on peut vivre 170
et en attendant le 160 dixième abonné j’écoute 69 année érotique de gainsbourg
en attendant aussi le 660 neuvième abonné et si je retourne les deux six de 669
ça me fait 999 abonnés
le chiffre 9 le mois de septembre et l’an 2009 sont neufs
donc le 09/09/09 c’est-à-dire le 9 septembre 2009 fut
le jour le plus neuf le plus punk et le plus scotland yard
en somme l’infini en baie de somme
999 = mille moins un en romain
ajoutons que le 06/06/06
c’est-à-dire le 6 juin 2006
fut le jour de l’apocalypse
et pourtant nous sommes toujours là
et 509 se dit dix en romain
alors si on a les coudées romaines franches
et une verge canadienne qui mesure un yard écossais on peut prendre un pied anglais
don juan qui pourtant n’était que mi-lettré fit mieux que 999 quatre de plus mille e tre
mille traits « de mille traits elles assaisonnent les mets exquis qu’elles nous donnent »
mille êtres « un seul être vous manque » pour taper dans le mille « tout est repeuplé »
et il faut une espace renault entre les guillemets exquis français qu’elles nous donnent
je remercie mes 169 abonnés et je les embrasse et que vienne le 160 dixième abonné
avec un joli bonnet en attendant l’award le césar l’oscar et le prix nobel du monoprix
qu’il soit mono ou stéréo ou multiphonique peu importe
pourvu qu’on ne me nique pas avec un prix virgule 99
écoutons don giovanni
de wolfgang amadeus mozart et de carlo maria giulini
(« dalla sua pace » et « il mio tesoro intanto » par luigi alva
« deh vieni alla finestra » et « là ci darem la mano »
par eberhard waechter et graziella sciutti
« questo è il fin di chi fa mal » par elisabeth schwarzkopf
giuseppe taddei graziella sciutti joan sutherland luigi alva
et piero cappuccilli) et écoutons aussi la fin par les portes
c’est-à-dire the end by the doors

Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s