LA POÉSIE C’EST DU JOLI

el poeta señorito estaba escondido en la oscuridad del bar tapa
cantando por soleá la suya sin preocuparse de la de los demás
que desde luego están de más lo importante es el cante hondo
como palabra sin cuerpo con abanico la poesía huy qué bonico
alors que dans le même temps des arbres les enfants tombent
partout dans le monde immonde directement dans les tombes

Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s